Téléchargement

Le fichier suivant est mis à votre disposition pour téléchargement.

Nom : une étude comparative sur la marginalization du darfour et du beribe (Repaired).pdf
Taille : 1.05 Mo
Dernière mise à jour : 26/07/2018 04:21
Disponibilité : À partir du 16/07/2018
Commentaire de l'éditeur : Un essai sur l'etude comparee de ces regions.

Téléchargement

Le téléchargement de ce fichier ne nécessite aucun mot de passe.


Important : N'ayant aucun contrôle sur le contenu des fichiers partagés sur internet, mon-partage.fr ne saurait être tenu pour responsable ou être condamnable. Les documents partagés restent sous la seule responsabilité de la personne (physique ou morale) qui les partage. Si vous jugez que le document ne respecte pas les lois en vigueur et les conditions d'utilisation du site mon-partage.fr, on vous prie de nous en informer immédiatement en suivant la procédure décrite dans la page "Signaler un abus".

Description du fichier

Le Darfour et le Beribé sont deux régions juxtaposées et asymétriques (l'une est au Soudan et l'autre est à cheval entre deux pays: le Tchad et le Soudan) qui sont marginalisées systématiquement depuis la colonisation jusqu'aux indépendances. Cependant, Les orientations choisies à l’Indépendance poursuivent celles de l’État colonial et confortent ainsi leur position périphérique dans la structure politico-économique de deux pays. La période correspond également pour le Darfour et le Beribé à une forte dégradation de leur écologie en raison des sécheresses récurrentes mais aussi de l’insécurité grandissante dans la région avec la proximité des conflits tchadien(Frolinat et les guerres civiles) et tchado-libyen(la bande d'Aouza).Dans cet document, nous aborderons les principaux cibles qui étaient/sont à l'origine de cette stagnation et de ce retardement dans les deux régions respectives et l'immobilité des populations de ces régions face aux tergiversations de gouvernements centraux respectifs .

Extrait du fichier

Préambule

Le Darfour et le Beribé sont deux régions juxtaposées et asymétriques (l'une est au Soudan et l'autre est à cheval entre deux pays: le Tchad et le Soudan) qui sont marginalisées systématiquement depuis la colonisation jusqu'aux indépendances. Cependant, Les orientations choisies à l’Indépendance poursuivent celles de l’État colonial et confortent ainsi leur position périphérique dans la structure politico-économique de deux pays. La période correspond également pour le Darfour et le Beribé à une forte dégradation de leur écologie en raison des sécheresses récurrentes mais aussi de l’insécurité grandissante dans la région avec la proximité des conflits tchadien(Frolinat et les guerres civiles) et tchado-libyen(la bande d'Aouza).

Dans cet document, nous aborderons les principaux cibles qui étaient/sont à l'origine de cette stagnation et de ce retardement dans les deux régions respectives et l'immobilité des populations de ces régions face aux tergiversations de gouvernements centraux respectifs .

A- Le Darfour

Le Darfour est une région située à l'ouest du Soudan, foyer de tensions identitaires et des rebellions depuis l'indépendance jusqu'à l'insurrection darfourienne. Et d'une instabilité totale depuis 2003 jusqu'à aujourd'hui. Cette région occidentale du soudan est victime depuis de décennies d'une marginalisation sans fin depuis le condominium anglo-égyptien en 1916, en passant par la maudite indépendance, jusqu'à l'insurrection et le mécontentement darfouriens en 2003.

Le Darfour a été laissé à la merci de la nature mère par les colons britanniques qui ont favorisé explicitement le "romantisme" et le sous-développement. Les anglais avaient usé expressément une structure administrative des plus conservatrices gérées par un corps administratif hors du commun appelé le Sudan Political service. Les administrateurs britanniques à cette période au Darfour, n'étaient d'autres que des administrateurs vivaient comme des micro-barons dans leurs fiefs respectifs. Ces gentlemen ne se souciaient guère du sort des indigènes, ils passent leur temps à faire des vétilles. Et le Darfour se trouvait justement parmi les régions périphériques du pays.

Dans le domaine économique, éducatif et sanitaire, les colons britanniques n'ont pratiquement rien apporté à la région. Ils ont plutôt usé de leur système d'administration indirecte pour maintenir la population indigène dans la stagnation et pauvreté, sans apporter rien que ce soit aux habitants du Darfour. Et Cela ne dérangerait en rien les hauts responsables britanniques, qui étaient persuadés que les changements économiques ou l'éducation ne ferait que "corrompre" les administrés. Sur le plan éducatif, en 1935, il n'y avait toujours que quatre écoles élémentaires pour tout le Darfour. Pour l'éducation, l'administration se reposait principalement sur ce système gérées par les maitres de rencontre.

Ce système des khalwa, ces écoles coraniques n'était qu'une vaste blague. Certaines rumeurs publiques disaient que la plupart de ces maitres ne sont même pas capables d'écrire leurs noms. Le désastre éducatif était tel qu'en 1929, sur les cinq cent dix étudiants inscrits au Cordon Collège, le seul établissement d'enseignement supérieur du condominium, il n'y avait pas un seul d'entre eux originaire du Darfour.

En plus sur les vingt-trois écoles secondaires que comptait le Soudan en 1952, une seule se trouvait au Darfour.

Cependant les fonctionnaires britanniques responsables de l'éducation affirmaient :"nous sommes parvenus à limiter l'éducation aux enfants des chefs et du personnel de l'administration indigène et nous pouvons nous dire avec confiance que nous allons parvenir à continuer à circonscrire l'éducation aux classes supérieures pendant encore "des nombreuses années

Ces "classes supérieures" sont loin d'être originaires du Darfour. Sur le plan sanitaire, sur les dix-huit maternités qui existaient au Soudan, il y en avait huit à Khartoum et aucune au Darfour. Sur le plan économique, il n'y avait jamais eu aucune industrialisation au Darfour, même embryonnaire, y compris dans les domaines où la chose aurait été possible sans trop de difficultés comme l'agroalimentaire, le textile simple ou le traitement de cuir et de peaux. A la fin du condominium, 56% des investissements étaient concentrés à Khartoum, Kassala, dans la province du nord…selon certaines estimations il y aurait eu moins de 5% des investissements .4pendant la période coloniale qui étaient allés au Darfour
Vers la fin de la période du condominium, le Darfour continuait à croupir dans un sous-développement presque absolu. Les populations du Darfour sont quasi-totalement analphabètes, elles sont instrumentalisées, marginalisées, frustrées et abandonnées à leur triste sort.

Commentaires



captcha 

Chiffres-clés
  • Le plus ancien fichier privé est actif depuis : 2017 jours.
  • Le plus ancien fichier public est actif depuis : 1976 jours.
  • Le fichier actif le plus populaire a été téléchargé : 40879 fois.
Espace annonceurs