Téléchargement

Le fichier suivant est mis à votre disposition pour téléchargement.

Nom : Contribution au Grand Débat.pdf
Taille : 140 Ko
Dernière mise à jour : 16/02/2019 15:25
Disponibilité : À partir du 16/02/2019
Commentaire de l'éditeur : L'éditeur n'a laissé aucun commentaire

Téléchargement

Le téléchargement de ce fichier ne nécessite aucun mot de passe.


Important : N'ayant aucun contrôle sur le contenu des fichiers partagés sur internet, mon-partage.fr ne saurait être tenu pour responsable ou être condamnable. Les documents partagés restent sous la seule responsabilité de la personne (physique ou morale) qui les partage. Si vous jugez que le document ne respecte pas les lois en vigueur et les conditions d'utilisation du site mon-partage.fr, on vous prie de nous en informer immédiatement en suivant la procédure décrite dans la page "Signaler un abus".

Description du fichier

Cette contribution propose des réformes de structure qui relèvent de décisions nationales : la compétitivité de l’économie, l’efficacité des services publics, la réforme fiscale et la rénovation de la démocratie. Toutes les mesures proposées sont “à la main du pays” et susceptibles de recréer un consensus positif, raisonnable et réaliste. Nous espérons que de nombreuses voix rejoindront et soutiendront cette démarche !Nous sommes dix, de professions diverses, et avons décidé d’apporter une contribution partielle au Grand Débat.

Extrait du fichier

Comment en est-on arrivé là ?

Une révolte dont les racines viennent de loin

Ce mouvement, à son origine, est une révolte d’une partie de nos concitoyens, qui s’estiment victimes de conditions de vie injustes, qui expriment l’angoisse de ne plus pouvoir vivre de leur travail et un sentiment d’abandon.

Ils sont le plus souvent salariés proches du SMIC, retraités, chômeurs, parfois dans une situation aggravante : ménages monoparentaux, salariés à temps partiel, habitants de zones pavillonnaires éloignées des lieux de travail, qui supportent des dépenses contraintes plus élevées que la moyenne (remboursement d’emprunt, coût des déplacements et du chauffage).

Comment une telle situation est-elle possible dans un pays qui a le record d’Europe des prélèvements obligatoires, près de 50% du PIB, suscitant le “ras le bol” fiscal ? Pour une raison simple : les échecs de l’action
publique depuis plusieurs décennies, dans lesquels les Français portent une part de responsabilité en attendant tout de l’État mais en acceptant difficilement les changements qui les affectent directement.

Comment l’actuel gouvernement aurait-il pu, en moins de 18 mois, corriger les effets de la série implacable qui a conduit une partie de nos concitoyens à un état de désespérance ?

Commentaires



captcha 




Rouguière18/02/2019 12:52
Nous sommes en plein accord avec les termes de l'étude et les solutions proposées
M et P
Vatton18/02/2019 16:48
Nous approuvons cette analyse et les pistes suggérées.
Semeur19/02/2019 19:00
Je suis d'accord avec les analyses présentées dans ce document.
Il fait ressortir la nécessité pour la France d'accélérer sa capacité à créer des richesses et donc de mobiliser ceux qui savent déjà en créer, de promouvoir l'envie et le savoir-faire chez les autres et d'orienter nos ressources vers l'investissement plus que vers la dépense.
Poppiere20/02/2019 20:57
Parfaitement raisonnable et utile, mais tres technique. J'aurais bien vu un peu d'envollée. Par exeple le fait qu'aucune politique de "droite " n'a de chcance de succès sans l'appui de la classe des entrepreneur. Mais dans un cadre précis: celui de la loi. Plus de politique a courte vue!
Jean luc21/02/2019 09:40
Je souscris complétement aux analyses et réflexions concernant :

- La dimension écologique
- La dimension démocratique

J’ai une analyse plus proche du terrain me semble-t-il concernant les causes de l'étincelle et sa transformation en feu larvé. La montée du désespoir au quotidien vient certes de loin, au moins du lendemain de la crise de 2008, mais s'est nourrie d'une perception réelle d'alourdissement des contraintes (banques qui vivent des pénalités et frais perçus sur les plus faibles -réductio
Evolena21/02/2019 10:10
Raisonnable et nécessaire. Nous souscrivons dans les grandes lignes à ces propositions
Jean Ren21/02/2019 11:58
J'approuve les orientations proposées et retiens l'appel implicite à un discernement attentif. Ce domaine de l'économie dépend aussi et tellement de facteurs humains tels que la confiance dans les hommes aux commandes et le respect des institutions que toute proposition est investie d'une charge émotive qui peut altérer sa valeur intrinsèque.
Creola22/02/2019 08:28
Je suis d'accord sur les principaux points de cette contribution.
Thihan23/02/2019 21:53
Je partage cette analyse, en particulier le besoin urgent de formation pour notre économie. Toutes les propositions sont constructives !
Ciane23/02/2019 21:55
Suis d'accord avec cette analyse.
Pointillart24/02/2019 16:26
Je souscris à cette approche constructive, pondérée et réaliste
PhL24/02/2019 19:42
Parfaitement d’accord avec l’analyse et les solutions proposées
Philémon et Baucis24/02/2019 20:48
Nous sommes tout à fait d'accord avec l'analyse et les propositions rédigées dans ce texte;mais nous voulons ajouter que nos représentants politiques devraient être plus vertueux dans le sens où des propositions bonnes pour le pays mais issues d'un autre parti politique devraient être prises en cconsidération !
Frédéric25/02/2019 16:30
Je partage l’avis d’un des contributeurs : parfaitement raisonnable et utile, mais tres technique.
Je crois qu’il faut y ajouter des mesures , symboliques, pour prendre en compte la dimension « émotionnelle » du mouvement qui a amené à la mise en place du Grand Débat.
Entre autres mettre de l’ordre dans les traitements et retraites des hauts fonctionnaires (le plus souvent ex responsables politiques) qui pantouflent dans beaucoup de « comités théodules ».
Je prends pour exemple la polémique (à mon avis
Gerard26/02/2019 09:53
D'accord avec ce texte
ARMENGAUD Thierry01/03/2019 09:46
bien d'accord.Pour être concret je rappelle que la solution immédiatement efficace consiste à réduire inflexiblement le nombre de fonctionnaires en ne remplaçant pas les départ en retraite (50%?)pendant 10 ans (soit 1 million environ! avec un gain de 50000 à 100000 €par personne et par an).De nombreux pays et beaucoup d'entreprises l'ont fait et ne s'en portent pas plus mal!En prime cela permettrait de réévaluer nos priorités et l'organisation de notre appareil administratif national et territorial.
CL15/03/2019 22:26
En ligne avec l'analyse et propositions intéressantes
Chiffres-clés
  • Le plus ancien fichier privé est actif depuis : 2406 jours.
  • Le plus ancien fichier public est actif depuis : 2264 jours.
  • Le fichier actif le plus populaire a été téléchargé : 61470 fois.
Espace annonceurs