Téléchargement

Le fichier suivant est mis à votre disposition pour téléchargement.

Nom : Vue_transparente _sur_les_vaccins - V2.pdf
Taille : 3.85 Mo
Dernière mise à jour : 01/12/2020 21:40
Disponibilité : À partir du 01/12/2020
Commentaire de l'éditeur : Bien souvent, celui qui est vacciné fait confiance au vaccinateur et ne s'interroge pas sur ce qu'il reçoit. Et beaucoup de vaccinateurs, fort occupés, posent leur geste en se contentant de faire confiance aux autorités qui conseillent ou imposent le vaccin, ainsi qu'aux laboratoires qui en louent les avantages. Ce document tentera de répondre à certaines interrogations au sujet des vaccins.

Téléchargement

Le téléchargement de ce fichier ne nécessite aucun mot de passe.


Important : N'ayant aucun contrôle sur le contenu des fichiers partagés sur internet, mon-partage.fr ne saurait être tenu pour responsable ou être condamnable. Les documents partagés restent sous la seule responsabilité de la personne (physique ou morale) qui les partage. Si vous jugez que le document ne respecte pas les lois en vigueur et les conditions d'utilisation du site mon-partage.fr, on vous prie de nous en informer immédiatement en suivant la procédure décrite dans la page "Signaler un abus".

Description du fichier

Les vaccins ne sont pas des médicaments et sont officiellement destinés à des êtres en bonne santé dans le but de prévenir une maladie hypothétique. Aussi, après lecture de l’article 35 du code de la santé publique, il serait normal que tout candidat aux vaccins reçoive une information honnête, précise et complète, sur les risques de la maladie dont il veut se protéger, mais aussi sur les risques qu’il court en se faisant vacciner.

Extrait du fichier

L’OMS, les labos et les conflits d’intérêts
Pour l’anecdote, il faut savoir que Margaret Chan, la directrice actuelle de l’OMS après une curieuse réélection, a été classée comme la 37ème femme la plus puissante au monde. Il lui a été reproché d’avoir surestimé la réalité de la menace la grippe A (H1N1), poussant ainsi les gouvernements à acquérir des quantités excessives de vaccins pour le plus grand bénéfice de leurs fabricants, ainsi que d’avoir confié la
rédaction de documents stratégiques de réponse à la pandémie à des experts dont plusieurs avaient des liens d’intérêts avec des industriels. Le problème de l’évaluation de la dangerosité du virus est qu’elle a été faite sur la base des standards de la grippe aviaire, qui n’étaient en rien comparables, et surtout que 6
des 16 experts de l’OMS ont des liens avec l’industrie des vaccins!

Selon une enquête du British Medical Journal , les recommandations de l’OMS sur l’utilisation des antiviraux ont été préparées par des experts appointés comme consultants par les fabricants des antiviraux,
Roche et GlaxoSmithKline (GSK). L’indépendance du Groupe de travail scientifique européen sur la
grippe (ESWI), financé entièrement par les laboratoires, ne peut être prise au sérieux…

L’OMS face à un nouveau conflit d’intérêts
Début janvier 2011 une polémique éclatait après l’annonce de la nomination du Suisse Paul Herrling,
directeur de la recherche chez Novartis, au sein d’un groupe consultatif de vingt et un experts (CEWG)
chargé d’élaborer des propositions pour stimuler la recherche et le développement pour les
maladies négligées, ces pathologies des pays pauvres – comme la leishmaniose et la maladie du sommeil
– qui intéressent peu les laboratoires pharmaceutiques, faute de débouchés commerciaux.
La composition de ce CEWG était très attendue. En 2010, les travaux d’un premier groupe d’experts
sur cette question avaient fait scandale. Des documents publiés sur WikiLeaks avaient permis de
prouver que la Fédération internationale des fabricants de médicaments (IFP-MA) avait obtenu en primeur
le projet de rapport des experts, alors confidentiel, et avait pu faire passer son point de vue. Au grand
dam des pays du Sud – Amérique latine en tête –, dont aucune des propositions suggérant de remettre en
cause le système de propriété intellectuelle tel qu’il est défendu par les grands laboratoires n’avait été
retenue dans le rapport final des experts.
Le professeur Herrling était l’auteur d’une des trois propositions retenues par le groupe d’experts
précédent, estampillée comme étant le projet de l’IFPMA. Il s’agit de la création d’un Fonds mondial pour
la recherche et le développement sur les maladies négligées (Frind), doté de 6 à 10 milliards de dollars sur
dix ans, et alimenté par des financements étatiques et philanthropiques (comme la Bill & Melinda Gates
Foundation). Ce Fonds pourrait financer les partenariats pour le développement de produits (PDP), et les
entreprises pharmaceutiques...
Si selon sa constitution, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pour objectif initial « d’amener
tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible », l’influence des lobbies industriels et
autres laboratoires pharmaceutiques sur cette organisation est parvenue à la corrompre, supprimant de fait
son indépendance qui était l’essence même de sa raison d’être.

Commentaires



captcha 

Chiffres-clés
  • Le plus ancien fichier est actif depuis : 2910 jours.
  • Le fichier actif le plus populaire a été téléchargé : 68090 fois.
Espace annonceurs